Canola, des savons artisanaux fabriqués à Belmont

Bio et local c’est l’idéal, vous connaissez ? Et bien sachez qu’un savonnier à Belmont fabrique des savons à partir de produits bio, et sans huile de palme. Merci à Roland Dutrey pour son accueil, il sera samedi 2 février à la Combe Gourmande pour présenter sa gamme de savons Canola.

J’ai rencontré Roland Dutrey, savonnier et expert en éco-construction (voir en fin d’article), qui m’a tout expliqué sur la fabrication de savons. Ses savons sont à base d’ingrédients naturels et fabriqués à froid. Il produit également des baumes, huiles sèches et huiles de massage.

Les ingrédients
Pour faire du savon naturel il faut des huiles de bonne qualité (1ère pression à froid) et de la soude, qu’on mélange pour déclencher la saponification. On ajoute des huiles essentielles pour les parfumer, de l’argile ou des pigments végétaux pour les colorer. Une fois le mélange refroidi dans un moule, on découpe le pain en blocs pour les faire sécher pendant 1 mois, le temps que la saponification se termine. On peut également mettre des additifs tels que du miel, du lait de jument, du lait de vache.

Les savons que l’on trouve dans les supermarchés sont à base de détergents issus de produits pétroliers. Parmi les ingrédients on trouve aussi de la graisse de boeuf (sodium tallowate) et de l’huile de palme (sodium palmate).

Comment fait-on du savon ?

  • Le savon de Marseille : la fabrication est dite « à chaud » car les huiles sont cuites avec de la soude (essentielle pour que la saponification se fasse, mais ici en trop grande quantité) pendant plusieurs jours. Il faut ensuite lessiver à l’eau salée pour enlever la soude, et enlever la glycérine qui est revendue pour les cosmétiques. Le savon de Marseille est plus un détergent qu’un savon pour le corps.
  • Le savon d’Alep : le procédé est le même mais avec moins d’eau pour le lessiver. Il reste un peu de glycérine et de l’huile de laurier pour neutraliser la soude.
  • La fabrication « à froid » : pas vraiment à froid puisqu’il faut faire fondre les huiles (coco, karité) mais seulement à 30°C ou 40°C. Cette méthode est donc très peu consommatrice d’énergie et les ingrédients gardent leurs propriétés. Il n’y a pas de lessivage, on conserve donc la glycérine (environ 8% du savon) et un surgraissage à hauteur de 5 à 8% (c’est l’huile non transformée). Au final, on obtient un savon moins agressif pour la peau.
Roland Dutrey ©Canola.fr

Roland Dutrey ©Canola.fr

Canola, savons naturels sans huile de palme
Roland Dutrey commercialise donc ses savons sous la marque Canola (colza en anglais ou latin) sur son site www.canola.fr. Vous pouvez aussi le retrouver sur les marchés de Vaulnaveys-le-Haut (1 fois par mois, prochaine date le 8 février) et bientôt à Uriage et Chamrousse.

A noter :
Samedi 2 février : animation à la Combe Gourmande au Sonnant d’Uriage de Roland Dutrey pour découvrir les savons Canola !

En savoir plus sur Canola : www.canola.fr

Roland Dutrey écrit aussi des livres sur l’éco-construction et est animateur au centre d’écologie pratique Terre Vivante à Mens.

Publicités

Une réflexion sur “Canola, des savons artisanaux fabriqués à Belmont

  1. Pingback: Avent J2 ★ Canola, savons bio | la Gazette de Vaulnaveys

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s